top of page

Comment prévenir et guérir l’asthme ?

L'asthme est une affection respiratoire chronique qui touche des millions de personnes à travers le monde. Bien qu'il n'y ait pas de remède définitif, une gestion appropriée peut aider à contrôler les symptômes et à améliorer la qualité de vie. Dans cet article, nous allons explorer les étapes clés pour soigner et gérer l'asthme au quotidien.



Comment gérer son asthme avec des solutions médicales ?


Qu’est-ce que l’asthme ?

L'asthme se caractérise par une inflammation des voies respiratoires, ce qui provoque un rétrécissement de celles-ci et entraîne des symptômes tels que la respiration sifflante, la toux, l'essoufflement et la sensation de serrement dans la poitrine. Il est important de comprendre les déclencheurs spécifiques de l'asthme, qui peuvent varier d'une personne à l'autre, afin de mieux gérer la maladie.


Consulter un professionnel

La première étape pour soigner son asthme est de consulter un professionnel de la santé. Un médecin pourra diagnostiquer l'asthme, évaluer la gravité de la maladie et recommander un plan de traitement personnalisé. Il peut s'agir de médicaments inhalés pour réduire l'inflammation et dilater les voies respiratoires.


Suivre son plan de gestion

Les patients asthmatiques se voient souvent prescrire un plan de gestion. Il s'agit d'un ensemble d'instructions sur la manière de prendre les médicaments, comment surveiller les symptômes et que faire en cas d'aggravation. Respecter ce plan est essentiel pour contrôler efficacement l'asthme.


Éviter les déclencheurs

Identifier et éviter les déclencheurs spécifiques de l'asthme peut considérablement réduire les crises. Les déclencheurs courants incluent les allergies, la fumée de tabac, la pollution atmosphérique, les moisissures et les infections respiratoires. Éviter ces facteurs autant que possible peut aider à prévenir les exacerbations.


Maintenir un mode de vie sain

Une alimentation équilibrée, une hydratation adéquate et une activité physique régulière contribuent à renforcer les défenses naturelles du corps contre les infections et à améliorer la santé globale. Les exercices d’aérobie, comme la marche ou la natation, peuvent renforcer les muscles respiratoires et améliorer la capacité pulmonaire.


Médicaments de secours

En plus des médicaments de fond, les médecins prescrivent généralement des médicaments de secours pour soulager les symptômes aigus. Ces médicaments, appelés bronchodilatateurs à action rapide, aident à ouvrir immédiatement les voies respiratoires et à soulager la respiration sifflante et l'essoufflement.


Surveiller les symptômes

Il est crucial de surveiller régulièrement vos symptômes asthmatiques et de signaler tout changement à votre médecin. Une surveillance attentive permet de détecter les signes précoces d'une aggravation et d'ajuster le traitement en conséquence.


Éducation et sensibilisation

S'informer sur l'asthme, comprendre les mécanismes sous-jacents et être conscient de la manière de réagir en cas de crise est essentiel. Les programmes éducatifs offrent des informations précieuses pour mieux gérer la maladie au quotidien.


Comment gérer son asthme avec des solutions alternatives ?


L'asthme qui est une condition respiratoire chronique peut être gérée avec succès grâce à des traitements médicaux traditionnels, comme nous venons de le voir, mais aussi avec des approches alternatives. D’ailleurs, de plus en plus de personnes se tournent, notamment la médecine douce, pour compléter leur traitement conventionnel et améliorer leur qualité de vie. Dans cette partie, nous explorerons des solutions en médecine douce pour aider à vaincre l'asthme.


1. L’acupuncture : une approche équilibrée

L'acupuncture est une technique de médecine traditionnelle chinoise qui implique l'insertion d'aiguilles fines dans des points spécifiques du corps. Cette méthode peut aider à réduire l'inflammation, à détendre les muscles respiratoires et à améliorer la circulation énergétique. Certaines personnes atteintes d'asthme ont signalé une amélioration significative de leurs symptômes après des séances régulières d'acupuncture.


2. La méditation et la respiration profonde : calmer l’esprit et les voies respiratoires

La méditation et la respiration profonde peuvent être des outils puissants pour les personnes atteintes d'asthme. Ces pratiques peuvent aider à réduire le stress, un facteur déclencheur courant de l'asthme, et à améliorer la fonction respiratoire en renforçant la capacité pulmonaire et en favorisant la relaxation.


3. L’homéopathie : individualiser le traitement

L'homéopathie est une approche de la médecine douce qui se concentre sur le traitement des individus dans leur ensemble, en prenant en compte leurs symptômes spécifiques et leur constitution. Un homéopathe qualifié peut prescrire des remèdes personnalisés pour aider à soulager les symptômes de l'asthme, en tenant compte des déclencheurs individuels et des réactions du patient.


4. L’herboristerie : les plantes au service de la respiration

Certaines herbes et plantes sont connues pour leurs propriétés anti-inflammatoires et bronchodilatatrices. Par exemple, la réglisse, le gingembre, le curcuma et le plantain sont souvent utilisés en herboristerie pour soutenir la fonction respiratoire. Cependant, il est essentiel de consulter un praticien en herboristerie qualifié avant de commencer un traitement à base de plantes.


5. La naturopathie : équilibrer le corps

La naturopathie est une approche holistique de la santé qui se concentre sur l'équilibre global du corps. Les naturopathes peuvent recommander des changements alimentaires, des suppléments nutritionnels et des thérapies naturelles pour renforcer le système immunitaire, réduire l'inflammation générale du corps et, de ce fait, améliorer la santé pulmonaire.


6. L’ostéopathie : améliorer la mobilité respiratoire

L'ostéopathie est une approche, couramment pratiquée de nos jours, qui se concentre sur la manipulation musculo-squelettique pour restaurer l'équilibre dans le corps. Un ostéopathe peut travailler sur la mobilité du diaphragme et des côtes pour améliorer la capacité pulmonaire et réduire la tension musculaire dans les voies respiratoires.


7. Le Processus Neurolink : agir définitivement sur la cause profonde

Ce processus neuro-somato-émotionnel s’appuie sur une technique tissulaire qui travaille en profondeur, car elle s’adresse directement au système limbique. Il en résulte des bienfaits pérennes puisque la déprogrammation est définitive. Du coup, plutôt que de revenir en séance pour des lésions similaires, le patient peut alléger son bagage émotionnel.


En somato-émotionnel, l’asthme, est symboliquement de l’air que l’on garde dans les poumons. Or un dysfonctionnement tissulaire au niveau des poumons, qui sont des organes affectifs, traduit une sensation de manque qui peut être liée à une carence d’amour, à une séparation, etc.

Dans la plupart des cas traités par le Processus Neurolink, les crises d’asthme et les gênes respiratoires sont nettement améliorées immédiatement ou en quelques séances.

Pour des cas plus rares et plus profonds, cela peut venir de personnes qui se sentent rejeter au niveau affectif au point de se sentir très seules. Dans ce cas, l’amélioration peut demander plus de temps.


8. Le Yoga : renforcer le corps et l’esprit

Le yoga combine la respiration contrôlée, la relaxation et la posture physique. Il peut renforcer les muscles respiratoires, améliorer la flexibilité et aider à gérer le stress, ce qui peut être bénéfique pour les personnes atteintes d'asthme.



Pour conclure cet article, il est important de noter que la médecine douce ne doit pas remplacer les traitements médicaux conventionnels pour l'asthme, mais peut être utilisée en complément.

Avant d'explorer ces solutions alternatives, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour établir un plan de traitement global.

En travaillant en étroite collaboration avec des praticiens qualifiés et en adoptant une approche holistique de la gestion de l'asthme, de nombreuses personnes peuvent trouver un soulagement supplémentaire et améliorer leur qualité de vie respiratoire.

35 vues0 commentaire

Comments


bottom of page